>

Cyberharcèlement : quand la violence dépasse l'enceinte de l'école

De nombreuses études exposent qu’entre 25 et 40% des moins de 18 ans auraient été exposés à des agressions en ligne. On estimerait actuellement à près d’un sur cinq le nombre de collégien qui serait touché par de tels agissements. La génération « hyper-connectée » se trouve ainsi confrontée à ce phénomène récent du cyberharcèlement.

En effet, avec le développement des réseaux sociaux, les violences verbales et les agressions morales ne se cantonnent pas aux seules cours d’école. Elles se sont introduites, parfois violemment dans la vie privée des victimes, sans relâche ni répit, conduisant parfois à de terribles drames humains.

Publication haineuse, commentaires injurieux, diffusion d’images dégradantes, chaînes de SMS, création de faux profils… les moyens de pression semblent infinis et les victimes bien désemparés dans l’espace d’expression numérique fondé sur une liberté de communiquer qui semble bien difficile à entraver. Alors que faire ?

Quelles solutions pour endiguer le cyberharcèlement ?

Le code pénal permet déjà de punir les auteurs de cyberharcèlement au même titre que les auteurs de harcèlement. Malgré cela, le sentiment d’impunité reste largement répandu.

Prévenir, pour mieux guérir semble être la solution la mieux adaptée.

Cela passe par des campagnes médiatiques dont il faut renforcer la visibilité.

Cela passe aussi par la formation des adultes à la sensibilisation des plus jeunes à la gravité de ces phénomènes et à la détection des situations de cyberharcèlement.

 Cela passe également par la mobilisation des acteurs de l’Internet. Il y a quelques années, Facebook avait ainsi pris l’engagement de fermer les comptes de harceleurs que l’Education nationale viendrait à lui signaler sans que l’on ne connaisse l’effectivité de cette mesure.

Cela passe enfin par l’information et l’implication des parents pour mieux veiller aux usages numériques de leurs enfants et éviter qu’ils ne soient exposés à de telles agressions.

Le cyberharcèlement, version 2.0 du harcèlement dont il est bien souvent le prolongement doit devenir un véritable enjeu de mobilisation nationale.